Le Maroc, pays des merveilles...
...Une façon de mieux connaitre ce pays est peut-être de se plonger dans son abondante littérature, souvent beaucoup plus proche du Maroc réel que toutes les descriptions journalistiques ou touristiques.

Menu

Accueil
Qui suis-je ?
Album photos
Archives
Mes amis

«  Septembre 2017  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 

Rubriques

Chroniques
Echos...
Insolites
Les dernières informations

Menu

Forum des isitiens
Le tourisme en chiffres
Le Maroc en fesivités
Le tourisme responsable
Le Maroc de quoi être fier...
forum.uniterre
Le Maroc, pays de tolérance !
Le Maroc à cheval
INTERRE ACTIF
Billets d'avion pour le Maroc
Club Alisitt de Rabat et Salé


Maroc-TopSite.Biz

Sous l’égide de l’Unesco

Méga-concert de Jean-Michel Jarre à Merzouga
« L’eau, source de vie »


Les dunes féeriques de Merzouga, produit incontournable du tourisme oasien dans la région de Meknès-Tafilalet s’apprêtent à vibrer au rythme d’un méga-concert sous le signe « L’eau, source de vie » animé par le célèbre musicien français Jean-Michel Jarre, Ambassadeur de bonne volonté de l’Unesco, le 16 décembre courant.


Sous l’égide de l’Unesco, cet événement culturel et artistique hors norme, véritable promotion pour ce site splendide a bénéficié du soutien du Royaume du Maroc. Selon les organisateurs, Michel Jarre sera accompagné lors de cette soirée dont les préparatifs vont bon train, de l’orchestre arabe moderne de Casablanca, de l’Orchestre philharmonique du Maroc et de plusieurs solistes de renommée internationale.


De sources concordantes, nous avons appris que l’Organisation internationale a pris toutes les dispositions pour que ce concert-évènement soit filmé en haute définition et retransmis en direct par la télévision marocaine et dans le reste du monde via les chaînes numériques. Une version post-produite sera disponible après l’événement pour être diffusée par les chaînes de télévision internationales.


Notons que Jean- Michel Jarre a inventé le concept de méga-concert, appelé aussi Ville en concert : un spectacle mêlant sa musique électronique avec des jeux de lumières et des effets pyrotechniques. Le site du concert tient également une grande place dans le spectacle. Jean-Michel Jarre, fasciné dans son enfance par les cirques qui savaient tirer parti au mieux du site sur lequel ils s’installaient pour monter leur chapiteau, s’en inspire en « piratant » le lieu du concert. Il met en valeur les monuments par des jeux de lumière, projette des images gigantesques sur les façades des immeubles, utilise les toits des bâtiments comme base de lancement de feux d’artifices, etc. De plus, la gratuité de certains de ses concerts lui permet d’attirer des foules de plusieurs millions de personnes (il décroche trois fois le record du monde et en est l’actuel détenteur). Il est donc certain, qu’après le passage de Michel Jarre, les dunes de Merzouga changeront de configuration dans notre imaginaire. On attendra avec impatience le traitement artistique de l’un des sites naturels les plus merveilleux du Royaume.


Fidèle à sa philosophie de fédérer les cultures au travers la musique, il fait généralement venir sur scène des artistes locaux et implique la plupart du temps l’orchestre symphonique local ou national pour jouer ses morceaux. Michel Jarre a fait appel, encore une fois, à deux orchestres célèbres au Maroc, l’orchestre philharmonique et l’orchestre de Casablanca.


Inaugurant son concept de Ville en concert en 1979 place de la Concorde à Paris, qui a attiré plus d’un million de personnes, il illumine ensuite les plus grandes villes du monde : Houston, Moscou, Le Caire, Athènes.


Depuis sa nomination en tant qu’Ambassadeur de bonne volonté de l’Unesco en 1993, il a utilisé ces évènements internationaux comme plate-forme permettant de sensibiliser le public à la mission de l’Unesco.


A Merzouga, le thème de l’eau et la raréfaction des ressources sera au cœur de la mission de sensibilisation. Le choix de Merzouga, site menacé par la désertification, est plus qu’un symbole pour entamer une réflexion profonde à travers l’expression artistique sur la gestion durable de cette denrée de plus en plus rare, menaçant toute forme de vie sur notre planète. Rendez-vous donc à Merzouga pour célébrer la magnificence de la nature désertique.


Après donc le Festival de Ravenne dans sa 10ème édition, évènement à la fois spectaculaire et grandiose, l’un des rares grands moments dédiés à l’art et à la musique vécu par Meknès le 17 juillet 2006 et qui avait permis à la cité ismaïlienne de se hisser au rang de capitale mondiale de la culture et de valoriser le plus beau site culturel et monumental de la cité, Bab Mansour et la place El Hédim, Meknès-Tafilalet récidive avec le méga-concert de l’Unesco, et la revalorisation d’un site naturel d’une beauté légendaire, Merzouga.


Meurtrie par des inondations l’été dernier, ce merveilleux site retrouve la vie et panse ses blessures par cet événement plus que symbolique. La région Meknès-Tafilalet n’est-elle pas entrain de se positionner comme une capitale culturelle de renommée internationale ? Elle en a les moyens, il suffit d’avoir l’ambition…


Hassan BENMAHMOUD
jeudi 7 décembre 2006.
lopinion.ma

Publié à 07:40, le 8/12/2006 dans Echos...